Quelle place pour la santé ? Le programme des candidats à l’élection présidentielle

Le 21 février dernier, à l’initiative de la Mutualité Française et des think tanks Fondapol, Terra Nova et la Fondation Jean Jaurès, les cinq candidats à l’élection présidentielle ont livré leur vision et leurs propositions en matière de santé devant un public de professionnels du secteur, de parlementaires et de journalistes. Les équipes d’Innov’Asso étaient sur place et vous proposent une synthèse.

Les aspirations des Français en matière de santé

Une enquête Harris Interactive révèle que les Français aspirent à :

  • une santé qui s’adresse à tous, quel que soit le niveau social ou la place sur le territoire
  • une diminution du prix ou du reste à charge des soins
  • une réaction des décideurs publics qui doivent se saisir des questions de santé et répondre à leurs attentes.

Pour y parvenir, ils aimeraient des mesures allant dans le sens d’une amélioration de l’accès aux soins (augmentation du nombre de médecins en zone rurale, professionnels de santé encouragés à s’installer sur les territoires qui manquent de personnel médical, amélioration et développement de structures médicales et limitation du dépassement d’honoraires par les professionnels de santé).

 

Le programme d’Emmanuel Macron

place-sante4

La prévention

Il fait le constat qu’il existe aujourd’hui de véritables problèmes de prévention, avec une mortalité prématurée particulièrement importante en France et de fortes inégalités sociales.

  • Solutions

Changer les modes de rémunération des médecins libéraux et de l’ensemble des professionnels de santé, en mettant en place un service sanitaire de 3 mois pour tous les étudiants en santé.

L’accès aux soins

Ce défi doit être relevé aussi bien sur le plan financier (problématique des restes à charge notamment sur une catégorie de soins : dentaire, optique, auditif), que sur le plan territorial avec la question des déserts médicaux.

  • Solutions

Pour que les Français ne renoncent pas aux soins pour des raisons financières, il propose que la Haute Autorité de Santé dresse un état des lieux des soins permettant de juger objectivement ceux qui doivent être remboursés ou non. Il estime par ailleurs que le tiers payant ne doit pas être généralisé mais généralisable à la main des professionnels.

La soutenabilité financière

On ne peut pas avoir un système de santé qui a une augmentation substantiellement et durablement supérieure à notre croissance.

Emmanuel Macron

Solutions

Lutter contre les déserts médicaux (30% du territoire français) en doublant le nombre de maisons pluridisciplinaires de santé d’ici 2022 et en investissant dans le numérique et la télémédecine pour améliorer le quotidien des malades. Il considère que les mesures contraignantes ne fonctionnent pas.

En conclusion

Emmanuel Macron a conclu son intervention sur l’efficacité globale du système de santé. Il souhaite améliorer l’organisation de l’hôpital en le décloisonnant. Il propose de plafonner à 50% la tarification à l’activité pour les hôpitaux pour avoir un financement qui s’équilibre avec des rémunérations plus pertinentes.

Il veut également renforcer l’autonomie des hôpitaux et élargir les groupements de territoires au privé pour avoir une meilleure organisation de l’offre de soin. Enfin, il estime que l’innovation en santé va transformer la gestion de la dépendance. Il souhaite investir 5 milliards d’euros dans un plan pour l’hôpital et l’innovation pour accompagner cette révolution technologique.

 

Le programme de Nicolas Dupont-Aignan

place-sante3

 

Le candidat a introduit son propos en faisant le constat de deux paradoxes : alors que la médecine progresse, les Français sont de moins en moins bien soignés et sous prétexte de bien gérer la Sécurité sociale on a abouti à des rationnements et créé des inégalités. Pour Nicolas Dupont-Aignan, la France doit faire un choix politique majeur entre réduction des dépenses et augmentation de la qualité du système de santé.

On ne peut pas faire 15 milliards de réductions de dépenses dans ce domaine et mieux soigner les Français, ou alors cela voudra dire que l’on transfère comme depuis des années des soins sur un système assuranciel ou complémentaire.

Nicolas Dupont-Aignan

Il considère en effet qu’un pays comme la France qui fait face à un vieillissement considérable de sa population et qui doit saisir le tournant technologique, ne peut pas rester à 2% d’ONDAM. C’est pourquoi il propose de changer ce cadre général et de passer à 2,5 voire 3%.

Nicolas Dupont-Aignan propose de financer cette augmentation des dépenses de santé par une « autre politique économique ».

On ne peut pas dissocier la question de la protection sociale, de la retraite, de la politique économique.

Nicolas Dupont-Aignan

Il propose une politique économique de relance, de relocalisation, de protection, de rupture avec Bruxelles qui sortira la France du malthusianisme. Il considère que :

Le problème de fond c’est la mentalité malthusienne d’une oligarchie qui nous gouverne depuis 20 ans et dont on doit se débarrasser. L’état doit être stratège, il n’a pas vocation à tout faire. Il a vocation à créer une dynamique de croissance.

Nicolas Dupont-Aignan

Les 5 priorités Nicolas Dupont-Aignan

1. Assurer la médecine de proximité à travers ces 3 mesures :

  • augmenter le numerus clausus (10 000 par an) ;
  • exonérer de charges sociales, sur 5 ou 10 ans, les médecins qui s’installent dans des déserts médicaux ;
  • monter de 35 euros la consultation ;

2. Assurer l’égalité des Français en remboursant les soins à 100%

3. Réunir des états généraux de la santé pour envisager un régime de Sécurité sociale unique. Pour le candidat, il ne s’agit pas d’exclure les complémentaires ou les assurances, mais de mettre « un coup d’arrêt à ces dérives, ce maquis, à ce manque de transparence ». Nicolas Dupont-Aignan qualifie ce système d’« anxiogène » : le transfert d’une partie des coûts au système assuranciel et complémentaire a perdu les Français, qui ne savent pas à quoi correspondent leurs cotisations

4. Assurer la qualité de la prévention, notamment la médecine scolaire qui est la grande abandonnée de tous les gouvernements 

5. Faire de la dépendance et du handicap deux grandes causes nationales, car il faut selon lui anticiper les mutations sur la dépendance de la société

En conclusion

Interrogé par Laurence Parisot, ancienne présidente du Medef et membre du conseil scientifique de la Fondapol, sur l’augmentation du numerus clausus, Nicolas Dupont-Aignan a expliqué qu’elle répondrait au défi des déserts médicaux. Il affirme que s’attaquer à ce problème est un préalable pour comprendre et régler l’engorgement des hôpitaux français. Lors de cet entretien, il mentionne également deux autres mesures : la suppression du tiers payant et la restriction de l’accès aux médecins étrangers.

 

Le programme de Benoît Hamon

place-sante2

 

Benoît Hamon a souhaité parler de la santé à travers trois aspects :

1. Transition épidémiologique

La question de la transition épidémiologique est la plus importante selon lui : 60% de la mortalité mondiale est liée à des maladies chroniques, ce qui implique selon lui qu’il faille changer l’organisation de nos politiques de santé car il existe aujourd’hui 15 millions de malades chroniques.

Solutions

Pour ce faire, il propose :

  • poursuivre la lutte contre les addictions (alcool et tabac) : il se dit très sensible aux campagnes éducatives qui ont été menées à ce sujet et qui ont eu d’excellents résultats ;
  • considérer la question de l’alimentation : avec la mise en place d’un plan alimentation pour encourager une alimentation équilibrée, prévoir une signalétique des produits, généraliser l’accès au bio, notamment dans la restauration scolaires ;
  • mener une réflexion autour de la question des perturbateurs endocriniens : c’est selon lui une question de santé publique qui suppose un dialogue, sinon des pressions, sur les industriels pour penser ce que ce que l’on porte, ce que l’on absorbe, ce que l’on boit. Il salue le travail de Gérard Bapt (député PS) à ce sujet ;
  • se saisir du sujet des particules fines : cela suppose de faire des choix en matière de politique publique, comme la fin des véhicules diesel à partir de 2025 et la mise en place de solutions alternatives ;
  • lutter contre la sédentarité : qui explique, selon lui, le développement de maladies chroniques. Pour ce faire, il suggère le remboursement par la Sécurité sociale d’une activité physique aménagée ou adaptée prescrite par un médecin pour tout malade chronique. Plus généralement, il souhaite développer une vraie culture du sport-santé en France

2. L’accès aux soins :

  • sortir du régime dérogatoire de l’AME pour l’intégrer à la protection universelle maladie ;
  • lutter contre les déserts médicaux par des mesures incitatives
  • renégocier le prix des médicaments : « nous avons aujourd’hui un système qui fixe les prix, non pas en fonction des coûts de production mais de la propension des gens à payer ». Il souhaite prévoir une renégociation à la baisse de ces prix.

Solutions 

Contre les déserts médicaments : un non conventionnement des médecins qui iraient s’installer en zone sur-dotée Pour la renégociation du prix des médicaments, il propose la licence d’office qui permet de produire certains médicaments génériques bien moins chers.

3. L’hôpital

Le fonctionnement tel qu’il existe aujourd’hui ne peut plus durer.

Benoît Hamon

Solutions

Benoît Hamon propose de :

  • revoir le financement de l’hôpital et de la T2A ;
  • améliorer carrières et organisation du travail, les conditions de travail des personnels soignants et administratifs.

Lors de son entretien avec Thierry Pech, directeur général de Terra Nova, Benoît Hamon a précisé sa position sur le burn out, tout en saluant le travail mené par le député socialiste Gérard Sebaoun à ce sujet. Il constate que seuls 300 burn out sont reconnus en France, comme syndrome et non comme maladie, contre 11 000 en Belgique. Il propose de diminuer le taux d’IPP (actuellement de 25%) pour rendre éligibles les dossiers déposés et faciliter la reconnaissance de ce syndrome.

 

Le programme de François Fillon

place-sante

 

J’ai voulu placer la santé au cœur de mon projet. Cela m’a valu d’être caricaturé, d’être dénoncé comme le chantre de la privatisation de la Sécurité sociale et le faux nez des assureurs privés. Le cœur de tous ceux qui ne veulent rien changer s’est déchainé.

François Fillon

François Fillon établit le constat que les Français sont attachés au système d’assurance maladie, mais inquiets pour son avenir car il se dégrade et savent que les problèmes de financement menacent sa pérennité. Selon lui, « l’absurde généralisation obligatoire du tiers payant » est le symbole d’une intervention étatique et d’une forme de méfiance à l’égard des professionnels de santé libéraux et des complémentaires.

Il faut arrêter cette politique de l’autruche et partager le diagnostic sur davantage de liberté et de responsabilité et proposer des solutions pour sauvegarder notre Sécurité sociale.

François Fillon

Fort de ce constat, il propose l’organisation des assises du système de santé fin 2017/début 2018. Le candidat partage le cœur de ses propositions en matière de santé :

1. Mieux soigner

Cela passe par le fait de :

  • mieux prévenir avec prise en charge par l’Assurance maladie d’une consultation de prévention pour tous les Français tous les deux ans
  • et par une meilleure organisation des soins pour « sortir de l’hospitalo-centrisme »;

tout en modernisant l’hôpital public par un choix en faveur de son autonomie, en donnant toute leur place aux établissements de santé privés et en confortant le rôle de la médecine de ville. La priorité sera donnée à la recomposition de l’offre hospitalière et à la lutte contre les déserts médicaux.

2. Mieux rembourser

 

Il n’y a pas de fatalité à ce que l’Assurance maladie ne couvre que l’hospitalisation et les soins de longue durée.

François Fillon

François Fillon prévoit un remboursement à 100% des lunettes pour les enfants. Il souhaite, à l’objectif du quinquennat, viser un reste à charge le plus proche de zéro pour les dépenses les plus couteuses pour les ménages avec un nouveau partenariat entre la Sécurité sociale et les complémentaires. Il propose également la création d’une l’agence associant les parties prenantes du système de santé qui ne doit pas être un instrument de pilotage par l’Etat mais de gouvernance collégiale. Dans ce cadre, il souhaite mettre à plat les taxes qui touchent les complémentaires ;

3. Mieux gérer

Il est impossible de continuer avec un déficit quasi structurel de l’Assurance maladie.

François Fillon

François Fillon propose de réaliser 20 milliards d’économies sur cinq ans en s’attaquant à toutes les « causes de non qualité » de notre système : le recours excessif à l’hôpital, l’insuffisante coordination des soins, le trop grand nombre de soins redondants et inutiles.

Avez-vous trouvé ce dossier utile ?

Oui

Non

Consulter les autres dossiers


Pour favoriser le partage de savoir et d'expérience
Pour favoriser le partage de savoir et d'expérience
Innov'Asso est un dispositif d'accompagnement des associations de patients créé par Roche en 2012. Il vous permet le partage d'expériences entre pairs via un site internet et une rencontre annuelle sous le signe de l'innovation.

Créez votre boite à outils Innov'Asso

Vous êtes un représentant d'association de patients ? Cet espace vous est réservé.

Il donne accès à une boite à outils personnalisée pour vous accompagner dans vos missions et vos projets associatifs. Il vous permet également de suivre les actualités et les événements Innov'Asso. Rejoignez les 70 associations déjà inscrites.

Accédez à votre espace

Mot de passe oublié

5e Journée Innov’Asso

Quand ? Mardi 29 novembre 2016

Où ? À la Maison de la Mutualité à Paris

Quoi ? Une journée de réflexion et d’échange autour de solutions innovantes au service du parcours de santé

Je m'inscris !

*Champs obligatoires

Choisissez l'atelier auquel vous souhaitez participer :

Développer des solutions innovantes pour identifier et/ou répondre aux points de ruptures du parcours de santé des patients ?

Découvrir et apprendre les bonnes pratiques de conception pour des applications santé qui fonctionnent vraiment !

Comprendre les risques et les opportunités du big data pour une association de patients.

X