Twitter, un fabuleux outil de plaidoyer

Véritable pilier de la communication sur Internet, Twitter permet à la fois de s’informer et de réagir. Quand on sait à quel point les sujets sanitaires peuvent être épidermiques, il n’y a rien de surprenant à ce que ce réseau ait été largement investi par les acteurs de la santé.

Au second trimestre 2018, on comptait plus de 335 millions d’utilisateurs actifs partout dans le monde. Ce media social est un espace privilégié d’interactions… Dans une certaine mesure, il est plus vivant que Facebook. Et surtout, contrairement aux algorithmes du réseau de Marc Zuckerberg, aucune publication ne passe potentiellement à la trappe.

Pour comprendre l’intérêt pour les associations de patients d’être présentes sur Twitter, nous nous sommes tournées vers l’une d’entre elle, particulièrement active sur les sujets digitaux.
Judith Tchonang-Nono, Responsable du Pôle Développement Digital d’APF France Handicap répond aux questions d’Innov’Asso sur l’impact de Twitter. Cette association de défense et de représentation des personnes en situation de handicap et de leurs proches est en effet très active sur les réseaux sociaux à la fois pour sensibiliser, mais aussi pour mobiliser.

Quel est l’usage que vous faites de Twitter ?

Initialement, nous avons utilisé Twitter comme un véritable outil de plaidoyer et de mobilisation. Mais de plus en plus, nous élargissons les sujets traités et les types de contenus pour partager des informations sur le handicap, des projets portés par l’association, mettre en avant les personnes qui s’y impliquent… ce qui nous permet d’intéresser toujours plus d’internautes en nous ouvrant sur de nouveaux thèmes de conversation, souvent via les hashtags. Nous avons aujourd’hui 21 000 abonnés, ce qui peut paraître peu versus nos 150 000 fans sur Facebook, mais nous y consacrons autant de temps car à nos yeux, c’est une façon de dialoguer avec des cibles avec lesquelles nous n’avons pas forcément l’habitude d’échanger de manière aussi directe. L’effet « caisse de résonance » est bien plus large que sur Facebook, notamment lorsqu’il s’agit d’interpeller des décideurs.

Et est-ce que ces interpellations ont un impact ?

Bien évidemment, cela dépend du sujet, du contexte, du timing… Nous ne parvenons pas à faire systématiquement bouger les lignes. Et Twitter est un complément de ce qui se fait dans l’association, de ce qui est porté au quotidien sur le terrain par nos adhérents, nos bénévoles et nos salariés. En revanche, cela nous est arrivé de peser dans des décisions, comme pour la suppression de la prime d’activités, l’été dernier. Nous avions d’ailleurs été interpellés directement par de nombreux adhérents et personnes de nos communautés en ligne.

A partir de leurs témoignages, nous avons créé des visuels simples, directs qui ont été repris et relayés largement. L’objectif était de montrer de manière simple et percutante ce que ces personnes allaient perdre. La mesure a été suspendue dans les semaines qui ont suivi. Plus récemment, notre campagne accessibilité a été largement relayée. Il s’agissait d’une opération consistant à remplacer les cartes de métro de certaines stations parisiennes pour interpeller les gens sur le manque d’accessibilité des transports. Il y a eu une belle visibilité médiatique en générale, mais le premier bouche à oreille a commencé sur Twitter.

En termes de ressources humaines, comment est-ce que vous vous organisez ?

Nous nous sommes structurés depuis deux ans sur le digital, avec une personne qui s’occupe des réseaux sociaux pendant la moitié de son temps de travail. C’est un choix stratégique. D’ailleurs, nous avons beaucoup étoffé notre équipe sur le digital, avec désormais quatre personnes dédiées. Nous avons à cœur de mettre en avant la dimension humaine, et c’est la raison pour laquelle nous utilisons de plus en plus la vidéo pour montrer des témoignages, pour présenter des projets et ceux qui les font vivre au quotidien. Et bien sûr, Twitter est aussi un outil de veille.

Quelles sont selon vous les bonnes pratiques sur Twitter ?

Sur ce réseau social, il est fondamental de bien comprendre les codes. Ils sont très différents des codes de Fa cebook, LinkedIn ou Instagram. Nous n’avons donc pas les mêmes lignes éditoriales sur tous les réseaux. La gestion est plus chronophage, mais c’est indispensable pour déployer une vraie stratégie social media. Il faut donc s’intéresser à la mécanique de Twitter et trouver le bon ton, qui n’est pas forcément le même que sur d’autres supports digitaux. Ensuite, il faut prendre le temps de participer aux conversations, de rebondir sur les hashtags en vogue, quand le propos s’y prête évidemment. Et surtout être patient, tester les types de contenus et utiliser la myriade d’outils à disposition pour rendre ses tweets toujours plus attractifs.

Avez-vous trouvé ce dossier utile ?

Oui

Non


Pour favoriser le partage de savoir et d'expérience
Pour favoriser le partage de savoir et d'expérience
Innov'Asso est un dispositif d'accompagnement des associations de patients créé par Roche en 2012. Il vous permet le partage d'expériences entre pairs via un site internet et une rencontre annuelle sous le signe de l'innovation.

Créez votre boite à outils Innov'Asso

Vous êtes un représentant d'association de patients ? Cet espace vous est réservé.

Il donne accès à une boite à outils personnalisée pour vous accompagner dans vos missions et vos projets associatifs. Il vous permet également de suivre les actualités et les événements Innov'Asso. Rejoignez les 150 acteurs associatifs déjà inscrits !

Accédez à votre espace

Mot de passe oublié

5e Journée Innov’Asso

Quand ? Mardi 29 novembre 2016

Où ? À la Maison de la Mutualité à Paris

Quoi ? Une journée de réflexion et d’échange autour de solutions innovantes au service du parcours de santé

Je m'inscris !

*Champs obligatoires

Choisissez l'atelier auquel vous souhaitez participer :

Développer des solutions innovantes pour identifier et/ou répondre aux points de ruptures du parcours de santé des patients ?

Découvrir et apprendre les bonnes pratiques de conception pour des applications santé qui fonctionnent vraiment !

Comprendre les risques et les opportunités du big data pour une association de patients.

X