La santé, une cible privilégiée des cyberattaques

C’est un chiffre qui permet de mieux comprendre le phénomène : en 2020, 27 hôpitaux ont été la cible de pirates informatiques en France.
Appât du gain ou espionnage : force est de constater que les établissements de santé tout comme les laboratoires pharmaceutiques sont de plus en plus visés par des attaques menées par des pirates informatiques au moyen de rançongiciels.
En d’autres termes : la cybercriminalité est à la mode, au grand dam des acteurs de la santé.

La méthode est presque toujours la même : un virus introduit dans le système plusieurs jours auparavant pénètre progressivement le système informatique de la structure victime, et ce jusqu’à la dernière étape : le chiffrement des données. Les pirates demandent alors une rançon en échange de la clé de déchiffrement. Avec le risque pour la structure qui n’entend pas céder au chantage de perdre des données de 25 ou 30 ans pour certains patients.

Quoi qu’il en soit, la doctrine en France pour les hôpitaux et les services publics plus globalement, reste de ne pas payer les cybercriminels, afin de ne pas encourager les attaques. Ce n’est pas le cas d’entreprises privées, et de certains hôpitaux américains, qui choisissent de payer afin de redémarrer leur activité au plus vite.

Le secteur de la santé et les hôpitaux ne sont pas attaqués par hasard. D’un part, l’accès aux données est essentiel pour l’activité de soins et de recherche, d’autre part, les établissements de santé sont jugés techniquement plus vulnérables par les pirates.


Consulter les autres articles

Retrouvez le moral avec CoronaPsy.fr

Stress, ennui, lassitude, peur, précarité, isolement… Voilà une liste non-exhaustive des dommages collatéraux causés par la Covid-19. Autant dire que l’épidémie pèse lourd sur le moral des Françaises et des Français, toutes générations confondues. Une situation qui explique l’augmentation sensible de symptômes anxieux et dépressifs pouvant aller... Lire la suite

L’activité physique adaptée post-cancer : tout un programme !

Cinq cents patients ayant terminé leur traitement pour un cancer digestif ou un cancer du sein vont bénéficier d’un programme d’activité physique adaptée (APA).

Initié par Kiplin, en collaboration avec le groupe Ramsay Santé, premier acteur de l’hospitalisation privée en cancérologie en France, ce programme combine des activités en présentiel, ... Lire la suite


Associations de Patients : Partagez l'innovation en santé
Associations de Patients : Partagez l'innovation en santé
Innov’Asso est un dispositif crée par Roche en 2012 autour de l’innovation en santé qui accompagne les associations de patients en permettant le partage d’expériences entre pairs via des journées de rencontres et le site innovasso.fr
X