Les données de santé bientôt accessibles aux complémentaires santé ?

Transmettre des données aux organismes complémentaires d’assurance maladie (Ocam) : la question est d’actualité. Au point qu’elle avait été posée par la Caisse nationale d’assurance-maladie à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) dans le cadre de la réforme du 100% santé. La Cnil vient d’apporter sa réponse en n’excluant pas la possibilité de transmettre des données de santé détaillées aux complémentaires santé. Pour rappel, la réforme du 100% santé vise à proposer aux assurés des paniers de soins sans reste à charge – pour les audioprothèses, les prothèses dentaires et l’optique – et ce après remboursement de l’assurance maladie obligatoire et des complémentaires santé. La réponse positive de la Cnil inclue toutefois plusieurs garde-fous. A commencer par le respect du principe de minimisation des données imposées par le règlement général de la protection des données (RGPD). Selon ce dernier, les données à caractère personnel transmises doivent être adéquates, pertinentes et limitées à ce qui est nécessaire au regard des finalités pour lesquelles elles sont traitées. Autrement dit, toutes les données de santé ne pourront pas être transmises aux complémentaires santé. Actuellement, les complémentaires n’ont qu’un accès limité aux données de remboursement des assurés. Ainsi, alors que la classification commune des actes médicaux (CCAM) technique comporte près de 8.000 actes, les complémentaires n’ont accès qu’à 6 codes de regroupement pour la médecine générale et 16 codes de regroupement pour la CCAM bucco-dentaire. Nul doute que le début de réponse apporté par la Cnil devrait réjouir les complémentaires santé qui militent de longue date pour obtenir des données de remboursement plus précises sur leurs adhérents.


Consulter les autres articles

Le bénévolat désormais rémunéré au RSA

Au terme de plusieurs rebondissements, la cour administrative d’appel de Nancy vient de valider le principe du bénévolat conditionnant le versement du RSA. Ce jugement pose néanmoins un certain nombre de conditions. Ce feuilleton a commencé en 2016, quand le département du Haut-Rhin a décidé qu’un allocataire du revenu de solidarité active (RSA) devra... Lire la suite

Comment accueillir un volontaire en service civique ?

Faut il un agrément pour accueillir un volontaire du service public ? La réponse est oui. Si l’association doit être agréée, il est en revanche possible de passer par une structure intermédiaire. Le dossier de demande est téléchargeable sur le site service-public.fr Les démarches à faire peuvent effrayer de petites asso, mais elles sont en réalité ass... Lire la suite


Associations de Patients : Partagez l'innovation en santé
Associations de Patients : Partagez l'innovation en santé
Innov'Asso est un dispositif d'accompagnement des associations de patients créé par Roche en 2012. Il vous permet le partage d'expériences entre pairs via un site internet et une rencontre annuelle sous le signe de l'innovation.

Accédez à votre espace

Mot de passe oublié

5e Journée Innov’Asso

Quand ? Mardi 29 novembre 2016

Où ? À la Maison de la Mutualité à Paris

Quoi ? Une journée de réflexion et d’échange autour de solutions innovantes au service du parcours de santé

Je m'inscris !

*Champs obligatoires

Choisissez l'atelier auquel vous souhaitez participer :

Développer des solutions innovantes pour identifier et/ou répondre aux points de ruptures du parcours de santé des patients ?

Découvrir et apprendre les bonnes pratiques de conception pour des applications santé qui fonctionnent vraiment !

Comprendre les risques et les opportunités du big data pour une association de patients.

X