Les associations au cœur de l’innovation en santé

Innov'Asso célèbre 10 ans d’engagement avec les associations autour de l'innovation en santé et l’expérience patient !

Moovcare poumon désormais remboursé par l’Assurance maladie

Télécharger

L’histoire de la e-santé retiendra que Moovcare poumon (Sivan) est le premier logiciel de télésurveillance à obtenir un remboursement de droit commun en France. L’information a été rendue publique le 29 juillet dernier via le Journal officiel. Dispositif médical (DM) de classe I spécialisé dans la télésurveillance médicale des patients atteints d'un cancer du poumon, l’outil numérique se présente sous la forme d'une web-application.

Il signale toute rechute et/ou complication chez les patients atteints d'un cancer du poumon non progressif. Comment ? De manière préventive, il envoie, par mail, au patient, un questionnaire de 12 items. Un algorithme analyse ensuite les réponses, tout en prenant en compte les antériorités (les réponses des semaines précédentes). Si un risque de récidive ou de complication est détecté, une alerte est transmise au médecin spécialiste référent.

L’inscription du logiciel Moovcare poumon dans la sous-section de la liste des produits et prestations remboursables (LPPR) intitulée "Applications web et logiciels destinés à la télésurveillance" n’est pas une surprise. En effet, en avril dernier, la Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé (CNEDiMTS) de la Haute autorité de santé (HAS) avait accordé audit logiciel une amélioration du service attendu (ASA) modérée (niveau III) par rapport à la prise en charge conventionnelle seule (qui se résume à un suivi par imagerie et des consultations médicales en face-à-face).

Quoi qu’il en soit, l'outil n'est pas destiné à se substituer au suivi conventionnel. Il peut tout à fait être utilisé avec un traitement de maintenance par chimiothérapie, une thérapie ciblée et/ou une immunothérapie. Pour bénéficier du dispositif, le patient doit obtenir une prescription de son médecin référent, oncologue, pneumologue ou chirurgien. Cette prescription doit être complétée par un courrier adressé au médecin traitant.

Télécharger
Avez-vous trouvé cette actu utile ?

Pour nous aider à être au plus près de vos attentes, votre avis est important!

X