Découvrir le dossier du mois

S'informer sur la santé et l'innovation médicale

Un examen de sa vue grâce à son smartphone

Obtenir un rendez-vous avec un ophtalmologue relève parfois du parcours du combattant, les délais sont souvent très longs. Or, tester sa vue en dehors des rendez-vous médicaux : c’est désormais possible grâce à l’application développée par une start-up parisienne baptisée Tilak Healthcare. Imaginée avec des ophtalmologistes, le jeu assure un véritable suivi ophtalmologique loin des cabinets médicaux. Selon les résultats obtenus, le praticien peut décider de proposer un nouveau rendez-vous et ainsi optimiser l’organisation des rencontres ophtalmologues – patients. L’application pourrait concerner plus de deux millions de personnes en France.

L’intelligence artificielle pour diagnostiquer le cancer…

Diagnostiquer un cancer colorectal sans procéder à la moindre intervention invasive : une ambition qui pourrait rapidement devenir réalité grâce aux travaux de recherche actuellement menés par l’équipe du professeur Yuichi Mori, de l’école de médecine de la Showa University au Japon. Cette ambition repose sur le recours à l’intelligence artificielle, et plus précisément sur l’utilisation d’algorithmes spécifiques. Testée dans un cadre clinique, cette intelligence artificielle a analysé un prototype de polype colorectal et a ainsi pu détecter les variations du polype, en grossissant l’image 500 fois. Et les résultats se veulent des plus encourageants puisque l’intelligence artificielle est parvenue à établir un diagnostic sur 306 polypes, avec une précision de 86 %.

E-santé : le pourquoi du comment ?

Santé et numérique : l’association est de plus en plus à la mode. Elle est surtout de plus en plus réelle. E-learning, télémédecine, robotique médicale… Autant de dispositifs qui témoignent que la prise en soin s’organise désormais autour de l’innovation technologique. Objectifs déclarés de cette digitalisation du secteur de la santé : gagner du temps, faire des économies, optimiser la qualité des soins. Mais plus que les équipements, il s’agit aussi de moderniser les « mentalités » en adoptant de nouvelles pratiques, en dématérialisant les procédures, en développant de nouvelles compétences. A y regarder de plus près, cette digitalisation de la santé n’incombe pas seulement aux industriels et professionnels de santé, elle repose aussi sur une plus grande responsabilisation des patients…

L’hôpital de demain entre révolution technologique et innovation organisationnelle

Aucun secteur d’activité n’échappe aujourd’hui au processus d’innovation technologique. Et certainement pas la santé. Preuve en est avec un hôpital, lieu emblématique des soins pour tous, qui ne cesse de se transformer et de se numériser. A lire la tribune publiée récemment dans Le Monde par un collectif de directeurs d’établissements, publics et privés, l’hôpital de demain verra le développement de la télémédecine, de l’e-santé, de techniques opératoires robotisées toujours plus précises et sécurisées. Un hôpital où médecine prédictive et parcours du patient personnalisé guideront la politique de prise en soin. Pour autant, ces changements de vision et d’approche ne peuvent se traduire en bénéfice concret pour le patient sans une innovation organisationnelle, politique, managériale…

Plus d’Innov’Infos

Comprendre la loi et le droit des patients

Le forfait Santé connectée de Pasteur Mutualité

Plusieurs études récentes témoignent de l’intérêt croissant des Français pour la santé connectée et ses applications concrètes. Un intérêt partagé par les organismes assureurs mais également les adhérents. Parmi eux : le Groupe Pasteur Mutualité qui, de manière inédite, propose à ses adhérents un forfait dédié aux objets de santé connectés. Différents niveaux de prises en charge sont avancés. La fourchette est comprise entre 75 ou 150 € en fonction de la formule souscrite. L’offre du groupe Pasteur Mutualité distingue trois familles d’objets connectés : ceux liés aux activités physiques (nombre de pas, distance parcourue, calories brûlées…) ; ceux liés à l’observance médicale (pilulier connecté, rappels de prise de médicaments…) et ceux liés au suivi physiologique (balance connectée, glycomètre, tensiomètre…).

Objets connectés : que dit la loi ?

Lydia Morlet-Haïdara est vice-doyen de la Faculté de Droit de l’Université Paris Descartes et spécialiste en droit de la santé. Dans une récente tribune intitulée « Droits et réglementations face à l’essor des objets connectés de santé », elle revient sur la législation en vigueur concernant l’utilisation des outils permettant d’accompagner la perte d’autonomie. Qu’ils s’agissent des systèmes de téléassistance, de vidéosurveillance, des bracelets électroniques, des piluliers ou encore des sols connectés, le recours aux nouvelles technologies doit se faire dans le respect des droits des patients…

Objets connectés dédiés à la santé : demain, c’est aujourd’hui !

Si en matière de circulation de l’information, une actualité chasse l’autre, il semblerait qu’en ce qui concerne la santé et l’innovation, les nouvelles technologies aussi émergent à un rythme effréné. Personne ne s’en plaindra. Certainement pas les établissements de santé qui apparaissent de plus en plus connectés, et donc logiquement, plus efficaces dans la prise en charge des patients. Et, entre l’écho-stéthoscope (échographe intégré au smartphone) de l’association EchOpen ou le projet de solution de suivi des patients sous chimiothérapies envisagé par l’entreprise Therapixel en passant par les capteurs intelligents pensés par la société Docapost, pour ne citer qu’eux, force est de constater que les initiatives ne manquent pas.

Le médecin décisionnaire de la fin de vie

L’affaire Vincent Lambert montre combien la fin de vie reste un sujet brûlant en France. La récente décision du Conseil constitutionnel a replacé le sujet sur le devant de la scène juridique, sanitaire, médiatique et éthique. En effet, ce dernier a validé la procédure d’arrêt des traitements des patients incapables de s’exprimer en raison de leur état de santé (coma, état végétatif ou pauci-relationnel). Et ce, dès lors qu’il n’a pas laissé de directives anticipées. Pour autant, la décision du médecin d’arrêter ou de limiter les traitements de maintien en vie pourra faire l’objet de recours.

Plus d’Innov’Infos

Pour favoriser le partage de savoir et d'expérience
Pour favoriser le partage de savoir et d'expérience
Innov'Asso est un dispositif d'accompagnement des associations de patients créé par Roche en 2012. Il vous permet le partage d'expériences entre pairs via un site internet et une rencontre annuelle sous le signe de l'innovation.

Créez votre boite à outils Innov'Asso

Vous êtes un représentant d'association de patients ? Cet espace vous est réservé.

Il donne accès à une boite à outils personnalisée pour vous accompagner dans vos missions et vos projets associatifs. Il vous permet également de suivre les actualités et les événements Innov'Asso. Rejoignez les 70 associations déjà inscrites.

Accédez à votre espace

Mot de passe oublié

5e Journée Innov’Asso

Quand ? Mardi 29 novembre 2016

Où ? À la Maison de la Mutualité à Paris

Quoi ? Une journée de réflexion et d’échange autour de solutions innovantes au service du parcours de santé

Je m'inscris !

*Champs obligatoires

Choisissez l'atelier auquel vous souhaitez participer :

Développer des solutions innovantes pour identifier et/ou répondre aux points de ruptures du parcours de santé des patients ?

Découvrir et apprendre les bonnes pratiques de conception pour des applications santé qui fonctionnent vraiment !

Comprendre les risques et les opportunités du big data pour une association de patients.

X