Chaînage de données : pourquoi et comment faire ?

Atelier 2 - Fiche thématique

Chaînage avec des données SNDS ?

On peut chainer des données collectées (bases de données cliniques, données recueillies dans le cadre de cohortes épidémiologiques, …) avec les données du SNDS : cela permet de compléter les données cliniques dont on dispose par les données du SNDS, et donc d’être sûr des patients étudiés et d’obtenir le parcours complet des patients (en termes de consultations, d’hospitalisations, de consommations médicamenteuses… d’estimer le coût de la prise en charge…). Dans certains cas, cette démarche permet de limiter le recueil de données auprès des patients ou de leurs professionnels de santé, en sachant qu’on va récupérer certaines données dans le SNDS.

 

Comment chaîner des données au SNDS ?

Deux méthodes sont possibles :

  • Appariement direct avec l’utilisation du NIR (numéro de sécurité sociale)
    Une base de données contenant le NIR des patients peut désormais être appariée directement au SNDS (Article 193 de la loi de modernisation de notre système de santé, décret n° 2019-341 du 19 avril 2019) (1). Après avis favorable du CESREES et autorisation de la CNIL, l’investigateur transmet directement la table des NIR à la CNAM selon le process mis en place par la CNAM, pour procéder à l’extraction des données du SNDS correspondant aux NIR de la table transmise.
    Plus d’info et de nombreuses questions/réponses ici.
  • Appariement indirect à partir de données indirectement identifiantes (date de naissance, sexe, …)
    Si l’on ne dispose pas du NIR des patients, on peut réaliser un appariement indirect (également appelé « probabiliste »). Dans ce cas, on transmet à la CNAM une base de données contenant a minima le sexe, le mois et année de naissance, le lieu de résidence (département), la date de décès le cas échéant, après avis favorable du CESREES et autorisation de la CNIL. L’appariement est réalisé par la CNAM à partir des variables communes aux deux bases.

Par exemple

L’appariement indirect d’un programme de télésurveillance à domicile des patients atteints d’insuffisance cardiaque en Normandie au Système National des Données de Santé a permis d’identifier 87,4% des patients de manière unique (2). L’objectif était d’étudier l’impact de la télésurveillance sur les réhospitalisations et la mortalité des patients.

Important

La présence d’un acte traceur (date d’une hospitalisation dans un établissement donné, délivrance d’un médicament par exemple) permet d’augmenter les probabilités d’appariement.

 

(1) Décret n° 2019-341 du 19 avril 2019 relatif à la mise en oeuvre de traitements comportant l’usage du numéro d’inscription au répertoire national d’identification des personnes physiques ou nécessitant la consultation de ce répertoire.
(2) L. Courouve, M. Jodar, M. Gabbas, D. Legallois, V. Donio, R. Sabatier, Appariement probabiliste au Système national des données de santé d’un programme de télésurveillance à domicile des patients atteints d’insuffisance cardiaque en Normandie, Revue d’Épidémiologie et de Santé Publique, Volume 68, Supplement 1, 2020.


Associations de Patients : Partagez l'innovation en santé
Associations de Patients : Partagez l'innovation en santé
Innov’Asso est un dispositif crée par Roche en 2012 autour de l’innovation en santé qui accompagne les associations de patients en permettant le partage d’expériences entre pairs via des journées de rencontres et le site innovasso.fr
X